Vidéo : comment surpasser le sentiment de honte

  • Tweet
  • Tweet

Après nous avoir parlé de la vulnérabilité dans une vidéo précédente, Brené Brown nous explique ici le sentiment de honte et comment on peut le surpasser.

Si vous n’avez pas vu la conférence TED précédente de Brené Brown sur la vulnérabilité, je vous invite à la regarder d’abord (cliquez ici : le sentiment de vulnérabilité, un défaut à éliminer ?).

 

Dans cette nouvelle conférence, Brené Brown revient d’abord un peu sur la vulnérabilité :

La vulnérabilité est la mesure la plus précise que nous ayons du courage

La vulnérabilité est le berceau de l’innovation, de la créativité et du changement.  Créer signifie faire quelque chose qui n’existait pas auparavant. Il n’y a rien de plus vulnérable que ça. L’adaptabilité au changement est uniquement une question de vulnérabilité.

Puis, elle explique que c’est en fait l’étude du sentiment de honte qui l’a amenée à s’intéresser à la vulnérabilité. Elle cite Theodore Roosevelt sur les critiques et l’audace :

« Le critique ne compte pas. Tout ce qu’il fait c’est pointer du doigt ce qui aurait pu être mieux fait, et l’homme quand il chute ou quand il se trompe.

Le vrai crédit va à celui qui se trouve dans l’arène avec le visage sali de poussière, de sueur et de sang. Car quand il est dans l’arène, au mieux il gagne, au pire il perd, mais même quand il échoue, même quand il perd, il le fait avec audace ». 

Theodore Roosevelt

Le challenge est donc de vivre sa vie avec audace, de s’exposer, de rentrer dans l’arène pour se rendre compte que les critiques sont d’abord nos propres critiques :

Voilà ce qu’est la vie, « Oser avec audace », être dans l’arène. Quand vous rentrer dans l’arène et vous ouvrez la porte, et vous pensez, « J’y entre et j’essaye, » La honte est cette petite voix qui dit, « Uh, uh. Tu n’es pas assez bonne.

Et si vous arrivez à la faire taire et dire, « Je vais le faire, » nous regardons autour et les critiques que nous voyons qui pointent du doigt et se moquent, qui sont-ils 99% du temps ? Nous-même. 

La honte vis-à-vis de soi-même se ressens de 2 façons :
  • « pas assez bon »
  • « pour qui te prends-tu ? »
Il est important aussi de faire la différence entre la honte et la culpabilité :

La honte c’est « Je suis mauvais. » La culpabilité c’est « J’ai fait quelque chose de mal »

Il faut donc préférer la culpabilité à la honte ou essayer de transformer la honte en culpabilité car même si c’est très désagréable, on peut se servir de la culpabilité pour avancer :

La capacité d’utiliser ce que nous avons fait ou échoué à faire pour nous construire tel que nous nous voulons est incroyablement adaptative. C’est pénible, mais adaptatif.

Brené Brown note que le sentiment de honte est souvent ressenti différemment pour les femmes et les hommes :

Pour les femmes, la honte c’est tout faire, le faire parfaitement et ne jamais montrer que vous êtes fatiguée.

Pour les hommes [...] La honte est une seule chose « Ne surtout pas être perçu comment ? » Faible.

Montrez-moi une femme qui peut se tenir devant un homme qui est en état de vulnérabilité et de crainte, je vous montrerai une femme qui a fait un travail incroyable.

Montrez-moi un homme qui peut se tenir près d’une femme qui n’en peut plus, qui n’arrive plus à tout faire, et sa première réponse n’est pas, « J’ai vidé le lave-vaisselle, » mais qui écoute vraiment – parce que c’est tout ce qu’il nous faut – Je vous montrerai un homme qui a fait un grand travail.

Si nous voulons retrouver la voie qui nous ramènera les uns vers les autres, il nous faut comprendre l’empathie, parce que l’empathie est l’antidote contre la honte.

 

Développer son empathie

Elle ne donne pas de conseil précis pour développer son empathie, donc voilà mon conseil et ce que vous devez sans doute apprendre à faire ou mieux faire :

Il faut vraiment écouter les autres : en acceptant, en comprenant et en validant complètement, sincèrement et avec un vrai respect chaque argument de la personne en face. Même, et surtout (car c’est la principale difficulté) quand vous n’êtes pas du tout d’accord avec ses arguments.

C’est seulement quand on est capable de faire cela qu’on est vraiment dans l’empathie. Il ne suffit donc pas de le vouloir, c’est un entrainement constant et ce n’est jamais gagné d’avance. (Êtes-vous capable de faire cela avec une personne qui est à l’opposé le plus extrême de vos idées sur le plan politique ? sur le plan moral ?)

Par contre quand vous arriverez à faire cela, vous pourrez facilement construire de nouvelles relations avec n’importe-qui.

Car ces relations sont, malgré les différences, vraiment basées sur un respect profond et sincère, et ce dès le départ.

Le respect (inconditionnel) est la valeur la plus forte selon moi dans les relations avec les autres – notez que cela implique une certaine dose de vulnérabilité (et donc de courage) !

Mais cela permet aussi de « filtrer » les personnes avec qui il ne vaut mieux éviter de passer trop de temps. C’est à dire les personnes qui ne sont pas capables de vous retourner un minimum de respect alors que vous venez de leur accorder le votre à 100%.

 

Je reviens sur la conférence pour terminer avec une dernière citation forte de Brené Brown dont nous devrions tous nous inspirer :

Je sais que c’est alléchant de rester en dehors de l’arène, parce que je l’ai fait toute ma vie, en pensant : « Je vais botter le cul à tout le monde quand je serai blindée et parfaite ». Et c’est alléchant. Mais la vérité est que ça n’arrive jamais. 

Et même si vous arrivez à être aussi parfait que possible et aussi blindés que possible en rentrant dans l’arène, ce n’est pas ça que vous voulez voir. 

Nous voulons que vous y rentriez. Nous voulons être avec vous et en face de vous. Et nous voulons, pour nous-mêmes et pour les personnes auxquelles nous tenons et pour ceux avec qui nous travaillons, « Oser avec audace ».

 

A lire également :

Mots-clés recherchés :

  • brene brown
  • ecouter la honte brene brown
  • éliminer la honte de soi
  • faire partir honte
  • la honte de soi meme
  • la honte et la vulnérabilité
  • oublier une honte
  • personne qui se met la honte
  • sentiment de honte conference
  • sentiment de honte et valeur personnelle
  • Janine , le 23 janvier 2013 à 21 h 31 min

    oh ça c’est l’histoire de ma vie ! j’ai toujours eu des moments de recul, d’appréhension en face des autres! heureusement, avec le temps, ça passe mais il faut beaucoup travailler sur soi :)

    • Benoît , le 24 janvier 2013 à 17 h 11 min

      Bonjour Janine,

      Oui, on évolue (ou change) rarement d’un coup. Merci pour votre message et bienvenue ici.

      Benoît

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher mon dernier article (CommentLuv)

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.