Pilier 2 de la gestion du temps : être pro-actif

  • Tweet
  • Tweet

Le 2e pilier de la gestion du temps c’est être pro-actif. Être pro-actif c’est refuser de rester passif ou réactif par rapport à ce qui se passe dans notre vie et c’est surtout décider de prendre ses responsabilités. Voyons comment…

Cet article est le troisième de ma série sur les 4 piliers de la gestion du temps (le premier article d’introduction est ici : les 4 piliers de la gestion du temps, et le deuxième article sur le premier pilier est là : savoir ce qui est important pour soi ).

Avant de commencer, je dois dire qu’il est possible que vous n’allez pas aimer cet article. Il demande de porter un regard critique sur nos propres habitudes, et notamment sur cette habitude que nous avons tous de nous laisser porter par le courant, simplement parce que ça demande moins d’effort ou parce que c’est ce que la majorité des gens font.

La (dure) réalité est que moins on aime les idées présentées ici, plus il y a de chances qu’on en ait besoin…

Cependant je ne porte aucun jugement, je ne fait que pointer du doigt certaines choses sur lesquelles, je vous rassure, j’ai moi-même encore quelques progrès à faire…

 

2e pilier : être proactif

2e pilier de la gestion du temps : être proactif

Pro-actif vs réactif

Qu’est-ce qui distingue une personne pro-active d’une autre ?

Quand on est réactifs, on se laissent fortement influencer par notre environnement. S’il ne fait pas beau dehors ou si dans un magasin une caissière de mauvaise humeur nous parle sèchement sans politesse, ou encore si un autre automobiliste klaxonne à côté de nous dans la rue, cela affecte notre humeur et notre façon d’agir (parfois pendant des heures après l’événement en question).

De l’autre côté, les pro-actifs se laissent peu influencer par les choses extérieures de leur environnement. Ils peuvent eux aussi sentir  l’influence que le temps peut avoir sur leur humeur, mais surtout, ils savent qu’ils peuvent créer leur propre beau temps à l’intérieur d’eux-même, quand ils le souhaitent.

C’est eux qui choisissent quel comportement avoir et quel état d’esprit adopter, quel que soit l’environnement dans lequel ils se trouvent.

Être pro-actif c’est reconnaître que nous avons tous ce pouvoir incroyable mais largement ignoré ou sous-estimé : nos pensées, nos comportements, nos actions dépendent d’abord de nos choix, et pas de notre environnement ou des autres personnes.

Valeurs et proactivité

Lorsqu’on est pro-actif, on est guidé par nos valeurs (d’où l’importance de connaître ce qui est vraiment important pour soi – pilier 1), et non pas par ce que les autres veulent ou par ce qu’on pense ou croit que les autres veulent.

En effet, nos valeurs sont des idées fortes par lesquelles nous voulons vivre.

Quand on vit selon ses propres valeurs, on ne se soucie pas ou peu de ce que les autres peuvent penser de nous. On sait qu’on est dans le vrai, dans l’authentique et on ne ressent alors pas le besoin de prouver quoi que soit.

Responsabilité et proactivité

Être pro-actif, c’est aussi être capable de reconnaître que l’on est à 100% responsable de sa vie, quelles que soit les circonstances dans lesquelles on se trouve.

Notez-bien que ça ne veut pas dire qu’on est forcément responsable des circonstances elles-mêmes. Cependant on l’est souvent davantage qu’on voudrait bien l’admettre : la situation précise dans laquelle on se trouve aujourd’hui dépend fortement de tous les choix – ou de l’absence de choix – que l’on a fait jusqu’à maintenant. C’est une réalité (souvent difficile à accepter).

Critiques et Proactivité

En étant pro-actif, on a une approche profondément constructive sur le monde : on essaie de rendre les choses en accord avec nos valeurs. Et parce qu’on prend à 100% la responsabilité de notre vie, on ne critique pas quelque chose sans essayer d’être constructif.

Et par conséquence, les critiques des autres qui ne sont pas constructives ne nous affectent pas puisqu’elles n’apportent rien, n’offrent aucune valeur.

 Proactivité et zone de contrôle

Les personnes pro-actives ont compris cette chose particulièrement importante sur la question des relations et plus généralement par rapport à leur environnement : la seule chose qui est réellement sous notre contrôle c’est nous-même.

Avec les autres personnes

C’est vrai que nous avons parfois la possibilité d’influencer les personnes autour de nous, mais au final, quoi que l’on fasse ou dise, la réponse que les autres donnent à nos comportements est uniquement sous leur contrôle. Ils ont, comme nous, toujours le choix de se laisser convaincre ou pas.

Pour cette raison, les pro-actifs ont des relations avec les autres plus équilibrées sur le plan émotionnel. La façon dont les autres agissent et se comportent n’étant pas sous leur contrôle, ils restent calmes dans la plupart des situations où les gens réactifs entrent immédiatement en conflit.

Ça ne veut pas dire qu’ils laissent faire…

Ils font et disent ce qui pourrait aider la situation à s’améliorer (car ils sont constructifs), mais ils ne prennent pas une réaction négative ou inappropriée comme quelque chose de personnel : ils savent que cela dépend beaucoup plus de l’autre personne que d’eux-même.

De cette façon, non seulement ils prennent la responsabilité de leur vie, mais ils laissent (et donc permettent) aux autres la possibilité de prendre la responsabilité de la leur.

Avec notre environnement

Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, les pro-actifs sont constructifs. Et c’est un pouvoir énorme car cela leur permet de créer leurs propres circonstances, et d’influencer leur environnement direct, c’est à dire celui qui se trouve dans leur zone d’influence.

Parce qu’ils suivent leur valeurs et parce qu’ils sont constructifs, ils avancent vers ce qu’ils veulent en agissant sur leur zone d’influence, au lieu de se focaliser sur ce qu’ils ne veulent pas.

Devenir parfait ?

Alors évidemment, dans cet article, je dresse un portrait quasi parfait d’une personne pro-active. Il est difficile de l’être autant et tout le temps.

Être pro-actif demande de faire un vrai travail sur soi et surtout un travail sur la durée (vous aurez beau chercher, il n’existe pas de formule rapide pour ça).

D’ailleurs est-ce que je suis moi-même pro-actif ? Sans doute pas autant que je le voudrais… :)

Mais le but ici est surtout de montrer certaines choses que l’on peut améliorer dans sa vie pour augmenter le temps que l’on passe en étant pro-actif.

Devenir davantage pro-actif

Je vous propose 3 axes pour progresser en terme de proactivité.

1 – Prendre les décisions définitives de :

  • ne plus blâmer les autres pour nos propres difficultés ou pour nos émotions et plus généralement arrêter de se plaindre 
  • se prendre en main, quelque soit la situation dans laquelle on se trouve

Ces 2 décisions ne sont pas facile à prendre (il est tellement plus facile de prendre une position de victime pour se plaindre des autres et de ne rien faire), mais à moyen terme et à long terme, il n’y a absolument que des bénéfices.

Le premier bénéfice, c’est qu’en prenant ces décisions, on renforce notre courage (il en faut).

Ensuite, les bénéfices vont d’une meilleure efficacité (moins d’énergie dépensée pour se plaindre ou se focaliser sur ce qui ne nous plaît pas) jusqu’à une meilleure santé physique et mentale (moins d’énervement c’est moins de stress, et se prendre en main ou passer à l’action c’est tout de suite moins d’anxiété).

2 – Tenir ses engagements…

…en commençant par les plus petits. Une personne pro-active cherche à être intègre et à s’aligner sur ses valeurs.

Et cela commence par faire ce que l’on dit. Et plutôt ne rien dire que de dire ce que l’on voudrait faire mais pour ne rien faire au final.

3 – Apprendre et grandir :

Pour devenir (et rester) pro-actif, il est indispensable de toujours rester humble par rapport aux connaissances que l’on a.

Et le meilleur moyen pour cela, c’est de toujours apprendre, de lire, de se former, d’investir dans soi-même en prenant du temps pour progresser, pour continuellement avancer pas à pas vers ce que l’on veut, et pour grandir en tant que personne.

 

Donnez vous la liberté de choisir

Vous l’avez compris, être pro-actif permet de récupérer énormément d’énergie et de temps perdus inutilement dans des pensées, dans des activités ou actions non constructives.

Lorsque l’on est pro-actif, il est tout de suite beaucoup plus facile de se concentrer sur les choses qui sont vraiment importantes pour soi, et donc de reprendre le contrôle sur son temps. Se concentrer… ça sera d’ailleurs le thème du prochain article de la série.

En attendant, rappelez-vous bien ceci : vous avez toujours le choix de rester fort, déterminé, engagé vers vos valeurs, quelles que soient les circonstances. Vous avez le choix à chaque instant de montrer l’exemple, d’être un exemple pour les personnes autour de vous.

En faisant ce choix, vous rejoignez le (trop) petit pourcentage des gens vraiment pro-actifs…

 

A lire également :

  • karine

    , le 27 mars 2013 à 13 h 53 min

    C’est en effet une des habitudes que Stephen Covey détaille dans son livre : les 7 habitudes de ceux qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent.

    Je rajouterai :  » nous devenons ce que nous faisons chaque jour »

    (Je ne sais plus de qui est cette citation)

    A bientôt…pour le prochain pilier;

    Karine

    • Benoît

      , le 28 mars 2013 à 13 h 01 min

      Bonjour Karine !

      Oui, tout à fait, être proactif est même la première habitude dans son livre, que je recommande au passage.
      Ça fait longtemps que je l’ai lu mais sans doute cet article n’existerait pas sans ce livre, en tout cas pas sous cette forme.

      A bientôt !
      Benoît

  • iara

    , le 28 mars 2013 à 17 h 00 min

    Nous sommes tous responsables de nos vies. Être pro actif permet justement de mieux générer nos vies en allant de l’avant et ne plus subir les événements futurs.
    A mettre en œuvre c’est plus difficile, cela demande du temps et un état d’esprit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher mon dernier article (CommentLuv)

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.